Module pédagogique - 1/4

Esclavage et racisme

Derrière chaque image se cache une intention, un message, une technique, une mode et parfois une histoire... Tu vas découvrir ici plusieurs images. Observe-les attentivement. Prends tout ton temps. D'où viennent-elles ? Que disent-elles ? De quand datent-elles ? Que racontent-elles ? Tel un enquêteur, un fin observateur, essaie de répondre à ces questions. Puis écoute le récit qui en est fait.

Durant plus de trois siècles, l'esclavage

Prends juste le temps d'observer cette scène

Qui sont ces hommes et ces femmes ?
À quelle époque est-on ?
Quelle histoire raconte ce tableau ?

L’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises

François-Auguste BIARD (1798-1882), L’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises, 1848.
© Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Écoute ce récit

Tu peux aussi télécharger ici le récit si le lecteur ne fonctionne pas, ou le lire en cliquant ici.

Ce tableau a été peint par François-Auguste Biard. On y découvre de nombreux personnages. D’abord, au centre, on voit des hommes et des femmes noirs qui se redressent. Ce sont des esclaves. Si tu observes bien, ils écartent leurs mains et les chaînes craquent. Regarde maintenant à gauche, il y a un envoyé de la République, à côté du drapeau de la France, qui vient faire une annonce : l'esclavage est aboli, c’est-à-dire définitivement arrêté. Et à droite du tableau, on voit les familles des propriétaires d'esclaves qui assistent à l'abolition, sans protester, sans s'y opposer. Le tableau est organisé en pyramide. Au sommet, les chaines qui se brisent et en dessous, la société qui assiste à la libération des esclaves.

Le 27 avril 1848, l'abolition de l'esclavage décidée par Alphonse de Lamartine et Victor Schœlcher, des hommes du gouvernement français, met définitivement fin à l'esclavage et à l’exploitation d’hommes et de femmes déportés d’Afrique à partir du 16ème siècle. Tu le sais peut-être mais pendant trois siècles, plus de 300 ans, un commerce d'esclaves a été organisé par les Européens. Leurs bateaux quittaient l'Europe pour rejoindre les côtes africaines où des chefs africains leur remettaient des hommes, des captifs, en échange de produits très importants comme par exemple de la poudre à fusil, des produits et des objets qui n'existaient qu'en Europe. Une fois l'échange fait, ces captifs Africains étaient embarqués dans des bateaux appelés navires négriers pour rejoindre les territoires du Nouveau Monde, le continent américain. Les conditions de transport étaient terribles : les hommes et les femmes étaient entassés les uns sur les autres dans les cales des bateaux, certains mourraient pendant le trajet. On estime que plus de 12 millions d'hommes et de femmes ont été embarqués dans les navires négriers. 1,8 millions sont morts pendant la traversée.

Ceux qui survivaient au voyage arrivaient sur les côtes américaines où ils étaient vendus, comme des objets, à des propriétaires d'esclaves, qui les faisaient travailler de force dans les champs (de canne à sucre par exemple) ou comme domestique. Leurs conditions de travail étaient terribles. Certains se révoltaient mais étaient punis. On pouvait leur couper une oreille, une jambe... D'autres fuyaient dans les collines. On les appelait les Neg'marron (le marronage était le fait de s'enfuir de la propriété du maître).

Une fois les esclaves vendus en Amérique, les bateaux repartaient ensuite vers l'Europe transportant des produits totalement nouveaux pour les Européens comme le sucre, le café, le cacao. Ce trajet : Europe-Afrique-Amérique a été appelé le « commerce triangulaire ».

© 2015 - 2020 Ligue de l'enseignement - Fédération de Paris | Mentions légales | Politique de protection des données personnelles | Nous contacter