Journée nationale des Mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions



Le Premier ministre, Monsieur Édouard Philippe, et deux élèves déposent une gerbe devant la sculpture Le Cri, l’Écrit au Jardin du Luxembourg.
© Sénat / Cécilia Lerouge





Frédéric Régent, président du CNMHE, présente l’exposition « En finir avec les traites et l’esclavage » au Premier ministre, au Vice-président du Sénat, Monsieur Philippe Dallier et à Monsieur Jean-Marc Ayrault, président du GIP de la future Fondation pour la mémoire de l’esclavage.
© Sénat / Cécilia Lerouge





Extrait du discours du Premier ministre, Édouard Philippe 




Interview du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer



Interview d’Anne Anglès, enseignante d’histoire-géographie et membre du CNMHE

HISTORIQUE


En 2001, la loi du 21 mai (n°2001-434) reconnaît la traite et l’esclavage comme crime contre l’humanité.

En 2004, le décret du 5 janvier (n°2004-11) confie au Comité pour la Mémoire de l'Esclavage la mission de proposer une date de commémoration annuelle, en France métropolitaine, de l'abolition de l'esclavage (art. 5).

En 2006, le décret du 31 mars (n°2006-388) fixe au 10 mai ce jour de commémoration nationale organisée à Paris; et dans chaque département métropolitain à l'initiative du préfet (art.1 & 2).

La circulaire du 29 avril 2008 signée du Premier ministre, M. François Fillon, précise :

La France a fixé le 10 mai comme jour des « mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions » sur la proposition du Comité pour la Mémoire de l'Esclavage (...). La journée de commémoration du 10 mai contribue à l'unité et à la cohésion sociale de notre pays, en permettant notamment aux jeunes générations d'en connaître toute son histoire, dans le partage, en évitant d'occulter, de fragmenter, de limiter le champ chronologique et géographique, voire d'opposer des faits et des mémoires.

Depuis 2014, cette commémoration annuelle du 10 mai s'intitule « La Flamme de l'égalité ».

Placée sous le haut patronage du Président de la République et sous l’égide du Sénat, cette journée est également soutenue par le Ministère en charge de l’Éducation nationale, le Ministère de la Justice, le Ministère de la Défense, le Ministère de la Culture & de la Communication, le Ministère de la Ville, de la Jeunesse & des Sports et le Ministère des Outre-mer. Elle est impulsée, conçue et mise en œuvre par le Comité National pour la Mémoire et l'Histoire de l'Esclavage.



TEMPS FORTS


Le dépôt d’une gerbe accompagné d’un recueillement solennel à la Mémoire des esclaves et des combats abolitionnistes. Sur la stèle du souvenir, chaque 10 mai, le Président de la République se recueille en compagnie d’élèves des écoles du primaire et des établissements du secondaire. À cette occasion, les lauréats du concours sont officiellement proclamés et salués par les autorités de l’état.

L’inauguration d’expositions thématiques au Préau Saint-Michel du Jardin du Luxembourg :

Les concerts de l’égalité

Le Mois des Mémoires de l’esclavage et des combats pour l’égalité
Célébrations dans toute la France du 27 avril au 10 juin. Ces actions et initiatives issues de la société civile, proposées par les collectivités territoriales ou conçues, produites et réalisées par des opérateurs de terrain, sont inventoriées sur la page Mois de Mémoires et détaillées sur le site www.esclavage-memoire.com

© 2015 - 2018 Ligue de l'enseignement - Fédération de Paris | Mentions légales | Politique de protection des données personnelles | Nous contacter